AccueilFAQGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La force de l'habitude [Garm et qui veut]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seppanne
Libérateur/trice
avatar

Nombre de messages : 98

Feuille de personnage
Puissance:
60/60  (60/60)
Barre de Quêtes:
20/20  (20/20)
Statut Social: Citoyen
MessageSujet: La force de l'habitude [Garm et qui veut]   Sam 31 Jan - 20:27

Les pas de la jeune femme la portaient inlassablement vers le métro, endroit toujours bondé qui lui était pourtant agréablement familier. Cependant, elle ne saurait dire pourquoi... La seule chose que Seppanne savait, c'était que l'assemblement de tôles et des diverses technologies qui les assemblait était on ne peut plus attrayant pour elle... Même si elle ne montait pas dans les wagons, la jeune femme aimait à contempler les voyageurs qui marchaient sur les quais, se bousculaient, murmuraient de vagues pardonc afin de se libérer le plus rapidement vers leurs occupations : en début de journée, le travail ; en fin de journée, le repos à la maison ou les sorties.

Les individus les plus matinaux arboraient tous le même air : lassé, déjà fatigué à peine tiré des couvertures, angoissé. Chaque pas leur arachait une grimace, montrant leur apréhension à monter dans le métro, s'asseoir pour les plus chanceux - s'agripper à des barres comme des désespérés pour les autres. De lourdes cernes étaient souvent visibles sus leurs yeux injectés de sang. Mais pour certains, les veinules écarlates éclatées avaient une origine facilement reconaissable, bien que difficilement repérable. En effet, les quais de la station étaient on ne peut plus utilisés par des dealers en tout genre, plus ou moins discrets, et dès que les yeux d'un individu ressemblaient plus à des olives que des globes fatigués, il était évident que quelque substance illicite avait eu un nouvel acheteur.

Assise sur une chaise en ferraile trouée, cernée par la foule de voyageurs, la jeune rousse réfléchissait tout en observant d'un oeil distrait. Jeune... Elle même ne connaissait pas son âge exact, ni ses parents ou quelques origines. La seule information qu'elle pouvait divulguer sans crainte qu'elle ne soit erronée était qu'elle avoisinait la vingtaine. C'était sans doute de là que lui venait son attrait du métro, son jeune âge, bien qu'elle n'ait jamais été une accro au shopping, du moins pas à sa souvenance... Il arrivait souvent à la jeune femme de souffrir de troubles de la mémoire, comme si celle ci ne lui appartenait pas...


* Pfff... J'en ai marre de penser à ça ! Allez, marche un peu ma grande va te dégourdir les gambettes... *

Sitôt pensé, sitôt fait. Seppanne se redressa en étirant son mètre soixante dix, se cambrant au maximum tout en guettant le craquement qui signifiait qu'elle devait arrêter de jouer avec ses pauvres articulations.

Elle déserra les poings et se déplaça le long du quai, longeant la foule ou traversant celle ci pour s'intéresser à des objets anodins qui pourtant retenaient son attention. Par exemple, sa gourmandi se reflétait dans l'attrait de son regard par les distributeurs, et sa luxure par le fait qu'elle repérait immédiatement les surfaces les plus sombres et brillantes, dans lequel son reflet était le plus net.

Et alors que Seppanne se contemplait une fois de plus, se posant diverses questions toutes plus futiles les unes que les autres, un zutre reflet que le sien accrocha encore plus son regard... C'était un homme, assez grand, qui se tenait derrière un peu de côté et dont le regard était également accroché à la glace. Alors le coeur de cette dernière cessa de battre, et toutes ses pensées ne furent plus que dirigées vers cet homme.
Qui était-il ?
Pourquoi la regardait-il ?
Qu'avait-il de particulier ?
Pourquoi Seppanne sentait-elle un attrait insurmontable envers lui ?
Elle ne pouvait même pas se retourner afin de le toiser de face, de peur que cette infime coupure dans leur contemplation ne rompe le charme et qu'elle le laisse filer. Elle resta là, dans l'attente et l'espérance que l'homme dans son dos n'ait des réponses à ses questions...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garm Bel Iblis
Libérateur/trice
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29

Feuille de personnage
Puissance:
60/60  (60/60)
Barre de Quêtes:
20/20  (20/20)
Statut Social: Citoyen
MessageSujet: Re: La force de l'habitude [Garm et qui veut]   Dim 1 Fév - 23:35

Le soleil s'était levé depuis peu, mais déjà les rues d'Arimane étaient envahi par les foules. Elles s'étaient regroupés en diverses flux d'êtres vivants, qui marchaient d'un pas rapide pour le plus souvent se diriger vers les différentes entrées du métro. Tous semblaient désirer se rendre sur leur lieu de travail. "Semblait" était en effet le terme le plus juste, car au moins l'une des personne qui était en train de descendre les escaliers qui menaient à la station Sernpidal avait bien d'autres préoccupations en tête que de toucher son salaire de fin de journée.

En effet, un jeune homme d'une vingtaine d'année à la chevelure blonde venait de pénétrer sur les quais, paraissant attendre comme toutes les autres personnes présente le métro. Avec son jean bleu, son tee-shirt blanc cassé et sa veste noir, il était habillé comme un banal étudiant. Il portait un sac à dos sombre dont seulement une seule de ses bretelle était supporté par son épaule, laissant alors l'autre pendre. Les traits de son visage étaient fin et son expression semblait apaisée et sereine, se qui concordait parfaitement avec son regard qui paraissait montrer qu'il était perdu dans ses pensées. Tout portait donc à croire qu'il se rendait à l'université pour aller suivre ses cours quotidien. Alors qu'il continuait de marcher lentement le long du quai, il sembla sortir de ses pensées pour finalement porter ses yeux sur l'holographe qui estimait le temps avant la prochaine arrivée des wagons. Il ne restait plus que deux minutes d'attentes...

Pour faire passer ce petit laps de temps il commença alors à observer les gens qui l'entourait, fixant d'abord son regard sur un homme enrobé, d'une cinquantaine d'année avec des cheveux grisonnant et une large moustache du même teint. A la grimace que laissait ressortir l'expression de son visage, il n'était pas difficile de comprendre que ce dernier était assez pressé et qu'il devait sûrement être en retard. Finalement ses prunelles vertes se déportèrent sur une ravissante jeune femme rousse qui paraissait se mirer dans une glace. Un léger sourire amusé se forma alors sur ses lèvres. Les femmes ne pouvaient jamais s'empêcher de passer devant une glace sans s'arrêter, pensa t'il. Pour une raison qu'il n'eut pas réussi à définir, son regard se posa plus longtemps qu'il ne l'aurait désiré sur celle ci. Se sentait il d'une manière ou d'une autre attiré par elle ? Le son singulier du klaxon qui provenait du métro pour signifier son arrivée, le fit sortir de ses songes avant qu'il n'eut le temps de trouver une réponse à son interrogation. La foule commença alors à se mettre en mouvement, et plusieurs personnes passèrent entre lui la jeune inconnue. Il la perdue alors rapidement de vue, mais il lui semblait que dans un dernier instants leur regards s'étaient croisés. Il se tourna alors et suivant le flux de personnes, il pénétra dans le wagon le plus proche de lui.

_________________
Libérateur dans l'âme...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemonde-du-chaos.actifforum.com/index.htm
Seppanne
Libérateur/trice
avatar

Nombre de messages : 98

Feuille de personnage
Puissance:
60/60  (60/60)
Barre de Quêtes:
20/20  (20/20)
Statut Social: Citoyen
MessageSujet: Re: La force de l'habitude [Garm et qui veut]   Sam 18 Avr - 15:50

* Et merde‼️ *

Le sifflement aigü et désagréable signalant que le métro arrivait retentit dans le hall en résonant sur les murs en tôle, ou carrelés à certains endroits. Alors, la foule réagit comme un seul homme : toutes les paires de jambes, qu'elles soient assises ou debouts, se précipitèrent vers les portes coulissantes en s'en tassant au plus près avant même qu'elles ne s'ouvrent. Ils donnaient tous l'impression de penser que s'ils n'étaient pas les premiers à s'engouffrer dans le serpent mécanique, ils n'y entreraient pas ; et l'être humain n'est pas patient...

Tout cette agitation mit fin à la contemplation mutuelle de Seppanne et du jeune homme, qui lui était totalement inconnu. Alors étrangement, le stress s'empara de la rousse et l'édrénaline prit le dessus - elle s'engagea à son tour dans la rame, sans réfléchir à ce qu'elle faisait, à la suite de l'homme au blouson noir. Elle avait juste franchi l'ouverture que le deuxième sifflement, indiquant cette fois-ci la fermeture des portes, se fit entendre. Elle souffla un bon coup mais ne réussit pas à se débarasser de cette désagréable sensation de chaleur. La jeune femme essaya de s'en soulager en posant la paume moite contre une des barres glacées prévues à cet effet... Sans succès. Pendant une fraction de seconde, la rousse hésita à s'adonner à une de ses occupations favorites pour se calmer les nerfs - mais il y avait définitivement trop de monde dans le métro...

En effet, depuis plusieurs années déjà - ou du moins il lui semblait - la jeune rousse s'adonnait à une danse spéciale : la pole dance. Elle lui permettait de se détendre et de se faire plaisir, tout en faisant plaisir aux hommes qui la couvaient des yeux - avec plus ou moins d'arrières pensées. Cependant, il était hors de question qu'elle fasse un petite démo - gratuite en plus! - dans un wagon de métro ... Tant pis pour son coeur, il se détendrait de lui même ...

Disons qu'il aurait pu, si la jeune femme n'avait pas levé les yeux à ce moment-là. En effet, le jeune homme était à une dizaine de personnes d'elle, et les dépassait de plus d'une tête.


* Il doit bien faire plus d'un mètre quatre vingts... *

Observation anodine et qui ne l'aiderait en rien, mais c'était toujours le plus pratique pour appréhender une personne : la détailler au plus. Et elle put également s'apercevoir qu'il avait un regard des plus saisissants, regard qui était entrain de perforer les prunelles émeraudes de la jeune rousse...

Le coeur de cette dernière ratta un battement, inutilement. Son habituel tempérament de fonceuse avait été remplacé par sa légère gaucherie, qui faisait maintenant part entière de son humeur du moment.

Seppanne trébuchait, griffait les personnes autour d'elle en voulant s'aggripper à la barre, mais ne parvenait pas à défaire son regard de celui du jeune homme...

Ce fut un tournant dans le tunnel, amenant une secousse dans la rame, que tous les passagers oscillèrent et que le contacct se rompit. Seppanne baissa aussitôt la tête, de peur de perdre à nouveau ses moyens face à cet inconnu. C'était la première fois que ça lui arrivait...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La force de l'habitude [Garm et qui veut]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La force de l'habitude [Garm et qui veut]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Installation de la Commission sur la Nouvelle Force Publique
» RETOUR EN FORCE DE L'INSÉCURITÉ:2 POLICIERS LÂCHEMENT ABATTUS À CROIX BOSSALES
» Laisse la force te guider [libre]
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» NOUVEAU COMMANDANT DE LA FORCE DE LA MINUSTAH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arimane City :: VILLE BASSE :: -------- METRO-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit